Archéologie

vallee-merveilles-270266

Clarence Bicknell : l’archéologue amateur. Clarence ne se considérait pas comme un archéologue. Quand il se rendit pour la première fois dans le Mercantour en 1881, il avait une connaissance certaine des gravures rupestres mais ce qu’il voulait avant tout était d’étendre les connaissances botaniques qu’il avait sur les plantes méditerranéennes de la région de Bordighera à celles des espèces alpines.  Pour enregistrer les gravures rupestres, il utilisa les mêmes techniques rigoureuses qu’il employait pour ses études botaniques.

Les gravures rupestres se trouvent dans « Le Parc du Mercantour », à un peu plus d’une heure de voiture de Nice et de Menton dans les Alpes Maritimes. (Cliquez ici pour voir la carte de la région de Casterino, du Mont Bego et  de la Vallée des Merveilles). Le Mont Bego qui culmine à  2872 m est le sommet le plus connu (mais pas le plus haut) dominant les deux principaux endroits où ont été découverts les gravures, la Vallée des Merveilles et le Val de Fontanalbe.

La formation géologique de cette région est rare car le schiste et  le grès sont acides alors que le sol des Alpes Maritimes est plutôt calcaire et donc alcalin. Ainsi, non seulement les plantes sont différentes, mais les surfaces lisses de schiste et de grès,  polies par les glaciers, ont dû attirer les hommes préhistoriques pour les orner de leurs gravures. De plus, le caractère désolé et sauvage de ces hautes vallées, et la violence des orages de l’après midi, donnent une sensation de l’existence de forces extérieures. Ceux qui ont fait ces gravures,  pensaient-ils  qu’ils étaient plus proches de leur dieu ?  La nature de cet endroit a pu ajouter à la motivation de laisser des traces.

scan hi 24La neige empêcha Clarence de mener à bien  sa première visite en 1881, mais il y retourna en 1885 et y dessina 50 gravures.  Suivit une période de 12 ans pendant laquelle Clarence ouvrit un musée à son nom à Bordighera en 1888,  développant ses activités et voyageant à l’étranger,  y compris en Egypte.  En 1897, Il se décide à explorer plus sérieusement la région et loue une maison à Castérino. Il avait eu connaissance de l’existence de gravures rupestres dans le Val de Fontanalbe par le club Alpin italien et que cet endroit était plus accessible au départ de Casterino, un petit bourg au Nord Ouest de Tende. C’est là, ainsi que dans la Vallée des merveilles qu’il  réalise alors  450 dessins mais il s’aperçoit que ce n’est  pas la méthode d’enregistrement la plus précise, il fait alors 211 frottages et prend également des photos.

En 1898, il revient 3 semaines à Casterino pendant lesquelles il réalise 538 frottages et d’autres photos. Il rapporte aussi 2 fragments de roche, avec gravures la-dessus. Il en envoie un au « British Museum » et garde l’autre pour son propre musée. Au moment de sa mort, 10 ans plus tard, il a enregistré 12 718 gravures, la plupart dans le Val de Fontanalbe mais aussi dans la Vallée des Merveilles et à Valauretta.

Il lègue ces enregistrements à l’Université de Gênes, pensant que son propre musée n’a pas la place ni les équipements pour garder cette grande collection.

Clarence divise les gravures en 8 catégories. Les figures corniformes, les charrues, les armes et les outils, les hommes, les abris et les propriétés ou terrains ou champs, les peaux, les formes géométriques et  les formes diverses. Sa perspicacité lui a permis d’y voir  des représentations de charrues tirées par des bœufs.  Souvent, ces animaux avec leurs cornes étranges, ne ressemblent pas à des bœufs, mais sans doute en sont ils et ils représentent à peu près la moitié des gravures.  Clarence remarque aussi que les armes ressemblent au hallebardes, caractéristiques du l’âge de bronze. Ces  dessins sont à présent datés par les objets physiques métalliques trouvés dans les dépôts archéologiques, et donc de l'âge du cuivre au début de l'âge du bronze, aux environs de 2700 à 1700 avant JC. C’est à dire vieux de plus de 3000 ans.

La grande contribution de Clarence aux études de ces gravures a été condensée dans « A guide to the Prehistoric Rock Engravings in the Italian Maritime Alps », dont la version finale a été publiée en 1913. Cet ouvrage se voulait juste être un guide objectif. Il évita les spéculations de ses contemporains comme Emile Cartailhac et le professeur Arthur Issel et profita de son savoir faire de botaniste pour  enregistrer d’une façon systématique et précise toutes les gravures qu’il trouva. Comme il le disait lui même, « nous sommes seulement les collectionneurs de faits observés, et nous devons laisser aux autres la tâche de les étudier plus en profondeur. »

Néanmoins, Clarence s’autorisa à réfléchir sur la signification de ces gravures.  Il avait le sentiment que ce n’était pas seulement le travail de bergers qui s’ennuyaient. La région était trop retirée et trop difficile d’accès et le nombre considérable de gravures aurait demandé bien trop de temps à des bergers qui devaient conduire leur troupeau. Clarence les considérait comme le résultat de pèlerinages. « Il n’est pas nécessaire de croire qu’il y avait quelque chose de particulièrement sacré autour du Mont Bego, ou qu’une divinité vivait là. Ces roches colorées étaient leurs archives, leur Jérusalem ou leur Mecque, et ils y allaient pour graver quelque chose…   Chacun, espérant en retirer un bénéfice. »

chiappes hi 30

Après la mort de Clarence, d’autres études continuèrent dans son sillage. Carlo Conti, le sculpteur italien, fit un énorme travail de représentation de figurines en plâtre ; il réalise avec l’aide de sa fille 36 000 moulages. En 1967, un éminent préhistorien français, Henry de Lumley, entreprit ses recherches sur ce même site en collaboration avec 5 instituts de recherche. Son premier compte rendu intitulé « Le Grandiose et le Sacré » a été publié en 1995. A l’époque, le nombre de gravures recensées dépasse les 37 000  et détient le record du plus grand enregistrement  d’art préhistorique en Europe.  Il a maintenant été remplacé par le site du Valcamonica, dans la plaine de Lombardie, à seulement deux heures du Mont Bego. Un des  chefs de file de recherche de ce XXIème siècle est Christopher Chippindale du département Archéologie et Anthropologie de l’Université de Cambridge qui, avec ses papiers dans Antiquity et son livre en français L’Echelle du Paradis dans la dernière partie du  XXème siècle,  a tellement augmenté la valeur aperçue du travail de Clarence Bicknell.

Valcamonica a fourni une des plus grandes collections de pétroglyphes préhistoriques au monde – plus de 140 000 symboles et silhouettes gravées dans la roche commencées il y a 8000 ans et se poursuivant sur 8000 ans,  représentant des thèmes tels que l’agriculture, la navigation, la guerre et la magie.

Plus de 100 ans après, le travail considérable de Clarence Bicknell dans les hautes montagnes, est toujours pas seulement un très bon exemple du, mais aussi  une contribution significative à, l’archéologie et à notre compréhension des premiers hommes.

 

Susie Bicknell, avril 2013, traduit par Colette Thomas, septembre 2017

 

Aileen Fox the archaeologist visited the Casa Fontanalba in 1927 and 1928. She left an interesting account of her experience in her autobiography Aileen – A Pioneering Archaeologist (Gracewing, Leominster UK, 2000). Read Graham Avery's piece about Aileen's account   here

See also "Una Vita Sacra: Clarence Bicknell and the Discovery of Alpine Prehistoric Rock Art" (Papers in Italian Archaeology 1985) available from http://www.barpublishing.com/ of which there is an excerpt here.

Lire Faire « parler » les pierres: Le modèle naturaliste en archéologie préhistorique. Le cas de la Vallée des Merveilles, 1868-1913, papier de Maddalena CATALDI, Doctorante Centre Alexandre Koyré, EHESS, 2014-2016

 Bibliography

  • A Highway to Heaven. Christopher Chippindale 1998
  • A Guide to the Prehistoric Rock Engravings in the Italian Maritime Alps.  Clarence Bicknell 1913
  • Le Grandiose et le Sacré.  Professor Henry de Lumley 1995
  • Clarence Bicknell: Science and Archaeology in the 19th Century (Antiquity 58: 172-81. 1984). Christopher Chippindale
  • Rock Carvings of the Merveilles and Littoral Aridity. 1988. Louis Barral, Suzanne Simone

BICKNELL, CLARENCE. 1903. Further explorations in the regions of the prehistoric rock engravings in the Italian Maritime Alps. Bordighera: Pietro Gibelli.
already in list
BICKNELL, CLARENCE. 1904. Les inscriptions préhistoriques des environs de Tende, Annales de la Societé des Lettres, Sciences et Arts des Alpes Maritimes (1904):9–34.
BICKNELL, CLARENCE. 1904. Una gita primaverile in Sardegna, Bollettino della Società Botanica Italiana (1904):193–202.
BICKNELL, CLARENCE. 1906. Incisioni rupestri nuovamente osservate nelle alte valli delle Alpi Marittime, Atti della Società Ligustica di Scienze Naturali 17:8–22.
BICKNELL, CLARENCE. 1907. Una passeggiata botanica in Spagna, Bollettino della Società Botanica Italiana:74–7.
BICKNELL, CLARENCE. 1908. Nuovo contributo alla cognizione delle incisioni rupestri, Atti della Società Ligustica di Scienze Naturali 19:47–60.
BICKNELL, CLARENCE. 1909. La prahistoriaj gravurajoj sur rokoj en la Italaj Maralpoj, Internacia Scienca Revuo 6:161–70.
BICKNELL, CLARENCE. 1911. Dessins préhistoriques sur roches des Alpes Maritimes italiennes, Procès verbaux de la Societé d’Histoire Naturelle d’Autun 8.
BICKNELL, CLARENCE. 1911. Nouvelles découvertes de roches gravées dans les Alpes Maritimes, Revue Préhistorique 6:110–18.
BICKNELL, CLARENCE. 1911. The prehistoric rock engravings in the Italian Maritime Alps. 2nd edition. Bordighera: Pietro Gibelli.
already in list
BICKNELL, CLARENCE. 1913. A guide to the prehistoric rock-engravings in the Italian Maritime Alps. Bordighera: Giuseppe Bessone.
already in list
BICKNELL, CLARENCE. 1913. Incisioni rupestrei delle Alpi Marittime, Atti della Società Italiana per il Progresso delle Scienze, VI Riunione, Genova, Ottobre 1912. Roma.
BICKNELL, CLARENCE. 1971. Guida della incisioni rupestri preistoriche nelle Alpi Marittime italiane. Bordighera: Istituto Internazionale delle Studi Liguri. [Translation of the Guide of 1913.]
BICKNELL, CLARENCE. 1971. Guide des gravures rupestres préhistoriques dans les Alpes Maritimes. Bordighera: Institut Internationale d’Études Ligures. [Translation of the Guide of 1913.]
BICKNELL, CLARENCE. 2009. La flora di Bordighera, in Bordighera e dintorni:34–36. Seconda edizione – aggiornata. Con 14 illustrazioni e una cartina di Bordighera. Munich: A. Bruckmann. Guida illustrate Bruckmann n. 6. New edition of the 1900 guidebook with texts in both Italian and English.

PUBLICATIONS AU SUJET DE CLARENCE BICKNELL

EVANS, ARTHUR. 1897. [Comment on C. Bicknell’s communication], Proceedings of the Society of Antiquaries 17:15–16.
ISSEL, A. 1902. Le nuove incisioni rupestre alpine illustrata da C. Bicknell, Bullettino di Paletnologia Italiana 28:234–47.
ISSEL, A. 1907. [Review of C. Bicknell, Incisioni rupestri nuovamente osservate nelle alte valli delle Alpi Marittime (1906)], Bullettino di Paletnologia Italiana (4th series) 3:181–2.
JULLIAN, C. N.D. [C. 1914]. [Review of C. Bicknell, A guide to the prehistoric rock-engravings in the Italian Maritime Alps (1913)], Revue des Études Anciennes.
Mostra delle incisioni rupestri delle Alpi Marittime, Museo Bicknell, Bordighera, 16 Aprile – 15 Giugno 1939. 1939. Alassio: Pozzi.
CHIPPINDALE, CHRISTOPHER. 1983. Il Legatò Bicknell: a report on the collection of material relating to the rock-engravings of Mont Bégo, Alpes-Maritimes, France, in the Istituto di Geologià, Università di Studi di Genova. Genova: Università di Studi di Genova, Istituto di Geologià.
CHIPPINDALE, CHRISTOPHER. 1984. Clarence Bicknell: archaeology and science in the 19th century, Antiquity 58:185–193.
CHIPPINDALE, CHRISTOPHER. 1985. ‘Una vita sacra’: Clarence Bicknell and the discovery of Alpine rock-engravings, in C. Malone & S. Stoddart (ed.), Papers in Italian archaeology 4. Oxford: BAR.
CHIPPINDALE, CHRISTOPHER. 1998. A high way to heaven: Clarence Bicknell and the “Vallée des Merveilles”. Tende (A-M): Conseil général des Alpes-Maritimes.
CHIPPINDALE, CHRISTOPHER. 1998. L’Échelle du Paradis: Clarence Bicknell et La Vallée des Merveilles. Tende (A-M): Conseil général des Alpes-Maritimes.
CHIPPINDALE, CHRISTOPHER. 1998. Le Scale del Paradiso: Clarence Bicknell e La Valle delle Meraviglie. Tende (A-M): Conseil général des Alpes-Maritimes.
CHIPPINDALE, CHRISTOPHER. 2003. La ‘Casa Fontanalba’: la vie de Clarence Bicknell, in Daniela Gandolfi & Mario Marcenaro (ed.), Clarence Bicknell: la vita e le opere: vita artistica e culturale nella Riviera di Ponente e nella Costa Azzurra tra Ottocento e Novocento (Rivista Ingauna e Intemelia 54–55):21–26. Bordighera: Istituto di Studi Liguri.
GANDOLFI, DANIELA & MARIO MARCENARO (ed.). 2003. Clarence Bicknell: la vita e le opere: vita artistica e culturale nella Riviera di Ponente e nella Costa Azzurra tra Ottocento e Novocento (Rivista Ingauna e Intemelia 54–55). Bordighera: Istituto di Studi Liguri.

 

clarence hi 3 IMG 1973c Engravings 1902 1911 1913 IMG 4228c