Esperanto

Clarence Bicknell et l'espéranto.   Esperanto indexesperanto starEn 1897 Clarence Bicknell apprend l'espéranto. Il a déjà étudié le "Volapuk" qui a connu un certain succès en tant que langue internationale planifiée avant d'être largement supplantée par l'espéranto.

Clarence Bicknell semble avoir commencé à écrire l'espéranto en 1900 car sa pièce "La Piemonta Valo Pesio" (Le Piémont Vallée Pesio) paraît dans la collection "Esperantaj Prozajo" (Morceaux de prose espéranto) en 1902 sous la direction de Louis de Beaufront. Il assiste à la première grande réunion internationale des Espérantophones qui se déroule en France,  à Boulogne-sur-Mer en 1905, date à laquelle le créateur de l'espéranto, l'ophtalmologiste polonais Ludoviko Lazaro Zamenhof, prononce le discours d'ouverture. C’est à cette époque que  Bicknell commence à écrire de la poésie en espéranto. Il devient le premier lauréat du « Internaciaj Floraj Ludoj » (Floral International des Jeux) qui se tient en Espagne, à Barcelone en 1909. Ses poèmes originaux «populaires mais un peu primitifs» apparaissent dans des périodiques contemporains, comme La Revuo (La Revue) (1906-1914) et le Espérantiste Britannique. Cependant de nombreux poèmes sont restés sous forme de manuscrit.

En 1966, Kalocsay écrit dans son étude sur Bicknell dans Norda Prismo (Nord Prism): "On peut s'interroger sur le fait que C. Bicknell a appris l'espéranto à l'âge de 55 ans et qu’il avait plus de 60 ans quand il a produit ses premiers poèmes, s’étant battu plus de dix ans avant de réussir à s'exprimer directement dans la poésie".

Bicknell traduit aussi quelques œuvres en Espéranto dont "Horacio" de Thomas Macaulay en 1906, "Gvinevero" de Tennyson (Guinevere) en 1907, "Rikoltado de la Pecoj" (la comédie en un acte "La récolte des Pieces »)" de Julian Sturgis, « Ŝakludo »(à partir de Una partita de Giacosa un scacchi) en 1915 et " La Narcisoj "(Les Jonquilles) de William Wordsworth publié en 1926.

Umbrella pots at the Museo BicknellIl produit un certain nombre d'hymnes encore joués à ce jour (sept traductions et un original dans Adoru Kantante (1971), et neuf textes en Adoru (2001).

Les murs de sa maison de montagne, la Casa Fontanalba, ainsi que des objets comme les porte- parapluies du musée Bicknell de Bordighera, Italie (photo de droite), sont peintes avec des inscriptions en Esperanto. Son Livre d'Invités (un album différent, et plus petit, que Le Livre d'Or de la Casa Fontanalba), recueil de mini-biographies des personnes qui lui ont rendu visite, est totalement écrit en Esperanto. Quelques reproductions figurent au bas de cette page.

Il s’est impliqué également dans le travail au profit des aveugles, a transcrit de nombreux livres et textes espéranto en braille et en a publié quelques un. Il a apporté un soutien financier à des organisations espérantistes et a fondé un groupe d’Esperanto à Bordighera, en Italie, (photo ci dessous) dont il a été président jusqu'à sa mort (source : Enciklopedio de Esperanto 1933; rpt 1986).A meeting of the Bordighera Esperanto group in about 1905
 

Note de Paul Gubbins  (brita esperantisto, esperanto-aŭtoro, redaktoro, ĵurnalisto kaj instruisto), Février 2013...

« Les éditions de « The British Esperantist », dans lesquelles l’article nécrologique concernant Clarence aurait dû apparaître, sont les seules absentes des archives en ligne de cette publication. Il faudra attendre que je trouve le document  dans la bibliothèque Butler Esperanto de Barlaston. J’ai cependant téléchargé un article nécrologique charmant  de la publication principale internationale Espérantiste que je traduirai dès que j’en aurai le temps (un peu débordé en ce moment,) je pense que vous l’aimerez

Note de Leland Bryant Ross (Laïque baptiste américain et hymnologue - Universala Esperanto-Asocio, Seattle,  USA), January 2013...

:"Clarence contributed greatly to the first Esperanto collection of Christian hymns, "Ordo de Diservo", 1907.http://www.hymnary.org/hymnal/OdDs1907 has the hymn section in page scans, and as you can see the first four hymns (not counting the "Doksologio") are original works of his, and the fifth is one of his translations. We are planning a symposium concerning Esperanto hymnody and hymnology, to be convened in Cambridge, England, during the last week of July, 2015, in conjunction with the joint meeting of the Hymn Society of Great Britain and Ireland, the Hymn Society of the US & Canada, and the Internationale Arbeitsgemeinschaft fur Hymnologie. Although the focus of the meeting will be more general than "Clarence Bicknell, himnoverkisto", that is indeed the subject of a paper I am hoping to present there."

Note du rédacteur-en-chef, Marcus Bicknell, à tous les Espérantistes qui visitent ce site...

Nous souhaitons traduire toutes les pages de ce site en Esperanto mais bien sûr nous avons besoin de traducteurs.  Il est très tentant d’utiliser le site de traduction de Google, n’est ce pas ? Voudriez vous vous essayer à traduire une page ou deux, même si je ne peux pas garantir qu’elles seront utilisées (les officiels des associations internationales y jetteront un coup d’œil). Prévenez moi avant de commencer afin de ne pas être plusieurs à traduire la même chose. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Traduction en français par Colette Thomas au Cannet en octobre 2017, à qui nous exprimons nos remerciements.


Voir également
http://www.poezio.net/version?poem-id=531&version-id=1060,1061&order=title
http://donh.best.vwh.net/Esperanto/Literaturo/Recenzoj/antologio.html
http://www.everk.it/index.php?id=25,98,0,0,1,0

 

VIP Book 2013 1 VIP Book 2013 2 VIP Book 2013 4